• Sean Connery

     

     

     

    « Bond, James Bond ».

    C’est avec ces trois mots que Sean Connery entre dans la légende du cinéma. Il est alors un acteur quasi inconnu qui interprète un personnage de roman, créé par Ian Flemming, très populaire en Grande-Bretagne, mais considéré comme de série B, comme il en existe tant dans la littérature du monde entier à cette époque. Le triomphe de James Bond, interprété par Sean Connery va ainsi lancer la franchise la plus longue et la plus lucrative de l’histoire du cinéma.

    Écossais d’origine modeste, l’espion de Sa Majesté fera sa fortune. Il entrera ainsi dans le club très fermé des acteurs payés un million de dollars par film de l’époque, avec Les diamants sont éternels, se permettant même de refuser le plus gros cachet jamais offert alors à un acteur pour Vivre et laisser mourir, soit la bagatelle de cinq millions de dollars.

    Mais si 007 a fait sa fortune et sa gloire, il peine à se démarquer de ce personnage. Car si certains films comme L’homme qui voulut être roi ou Outland, connaissent un certain succès, la plupart des films hors James Bond sont des échecs. Et dans tous les cas, aucun d’entre eux n’est rentable. Au point, qu’en 1982 il accepte de rendosser le smoking pour Jamais plus jamais, un « faux » James Bond, car non produit par EON Productions, et qui est en fait un remake d’Opération Tonnerre.

    C’est finalement au milieu des années 80 que la carrière de Sean Connery connait un second souffle, au moment où il assume physiquement son âge à l’écran. La barbe poivre et sel, il incarne la figure du mentor dans toute une série de films qui sont souvent devenus des classiques, doublés de francs succès commerciaux, allant parfois jusqu’à voler la vedette à la star du film, comme dans Indiana Jones et la Dernière Croisade.

    Ce succès se confirmera dans les années 90 où il redeviendra une star de premier plan jusqu’en 2003, année où il décide de prendre sa retraite. Il restera pour les inconditionnels l’incarnation ultime du héros de Ian Flemming. Pour ma part, Bons baisers de Russie est de loin le meilleur Bond classique, nous offrant un combat dans un train d’une rare intensité et d’une rare férocité vue à l’écran, encore aujourd’hui. Le tout accompagné de l’extraordinaire beauté de Daniela Bianchi. Que demander de plus ?

     

     

     

      

     

     

     

  • Je n'ai volontairement pas inclus dans cette filmographie les films postérieurs à 1989. Car cette période n'entre pas dans le thème du blog et, d'autre part, les chiffres concernant ces films sont largement disponibles et très faciles à trouver sur le net, ne serait-ce que sur Boxofficestory, ce qui n'aurait été qu'un doublon de plus.

     

    Un mot enfin, sur les films de la franchise James Bond. Dans les tableaux suivants, pour les USA et les recettes monde, sont indiqués, autant que possible, les résultats des premières exploitations. Voici quelques précisions qu’on peut apporter à ces chiffres :

    - James Bond 007 contre Dr No : En 1965 après être ressortit en 1964, afin de profiter de l’effet Goldfinger, les rentals pour les USA se montait à $4 655 000, puis atteignaient $5 500 000 en 1970. Il cumule à ce jour $6 446 349 de recettes distributeurs pour $16 067 035 de recettes réalisées par les salles (Grosses) américaines et $23 840 000 rental pour $59 600 000 grosses dans le monde.

    - Bons baisers de Russie : Il cumule à ce jour $9 924 279 rental aux USA et $31 560 000 dans le monde (pour $78 900 000 grosses)

    - Goldfinger : Au total, le film a rapporté $22 997 706 rentals aux USA Pour $51 081 062 brut et $56 205 000 rental pour $124 900 000 dans le monde.

    - Opération tonnerre : Avec des recettes cumulées de $141 200 000 (pour $63 540 000 rentals) dans le monde, il sans aucun doute le plus gros succès de la franchise.

    - On ne vit que deux fois : Il rapporta dans les salles américaines $43 084 787 au total. Tout au long de sa carrière, il engrangea $50 220 000 rental pour $111 600 000 Gross dans le monde.

    - Les diamants sont éternels : Il cumule $52 200 000 rental pour $116 000 000 grosses dans le monde.

    Enfin, selon les « archives du MI6 », contenues dans le splendide coffret collector James Bond, sortit à l’occasion du 20ème film de la saga, et basée sur des archives de studio, Dr No aurait attiré dans les salles américaines 19 millions de spectateurs. Le nombre d’entrées sur le sol américain aurait atteint les 26.8 millions pour Bons baisers de Russie, 50.6 millions pour Goldfinger, 58.1 millions avec Opération tonnerre et 36 millions pour On ne vit que deux fois.

     

     

    1ère PARTIE


      ANNEE FILM REALISATEUR USA Italie  UK   France   JAPON 
      Recettes ($)* Entrées estimées Recettes (lires)/Classement Entrées estimées  Recettes (£)/
    Classement 
     Entrées estimées**   Entrées   Recettes (yens)
    Gras = rentals 
     Entrées estimées 
      1957 Au bord du volcan (Action of the Tiger) Terence Young   465 000  3 527 939          723 095    
      1957 Time Lock Gerald Thomas                  
      1958 Je pleure mon amour (Another Time, Another Place) Lewis Allen   700 000  5 704 274          142 999    
      1959 Darby O'Gill et les farfadets (Darby O'Gill and the Little People) Robert Stevenson   2 600 000 (1)   16 161 161              
      1959 La plus grande aventure de Tarzan (Tarzan's Greatest Adventure) John Guillermin   933 000  8 130 719          1 487 737    
      1961 Deux des commandos (On the Fiddle) Cyril Frankel   150 000  895 000  N°99   1 600 000      483 754    
      1961 L'enquête mystérieuse (The Frightened City) John Lemont               287 057    
      1962 James bond 007 contre dr No (Dr. No) Terence Young  2 400 000  19 000 000  N°13   5 250 000  N°3   500 000  4 772 783    
      1963 Bons baisers de Russie (From Russia with Love) Terence Young   3 849 000  26 800 000  N°2   9 500 000  N° 1     5 623 572  260 380 000
     (2) 
     1 713 026
      1964 Goldfinger Guy Hamilton  19 700 000  50 600 000  3 500 000 000 N°1   15 800 000  N°1   13 900 000  6 675 231 1 172 820 000 (3)   6 588 876
      1964 Pas de printemps pour Marnie (Marnie) Alfred Hitchcock   3 300 000  15 770 609  N°24   4 600 000  N° 12     821 578    
      1964 La femme de paille (Woman of Straw) Basil Dearden   1 000 000  4 778 973  N°39   3 100 000      1 088 594    
      1965 Bons baisers de Russie (From Russia with Love) (RE) Terence Young   4 000 000                
      1965 La colline des hommes perdus (The Hill) Sidney Lumet   1 100 000  3 270 597  N°85   1 900 000      997 774    
      1965 Opération tonnerre (Thunderball) Terence Young   28 621 434  58 100 000  3 492 000 000 N°1   14 160 000  N°2   15 600 000  5 734 877  1 018 570 000  5 017 586
      1966 L'homme à la tête fêlée (A Fine Madness) Irvin Kershner   1 976 000  5 035 678              
      1967 On ne vit que deux fois (You Only Live Twice) Lewis Gilbert   19 388 692  36 000 000  2 400 000 000 N°1   8 300 000  N°3   8 300 000  4 488 742  679 970 000  2 881 229
      1967 The Bowler and the Bunnet Sean Connery                  
      1968 Shalako (Shalako) Edward Dmytryk   1 310 000  3 174 603  N°15   4 000 000      1 385 466    
      1969 La tente rouge (La tenda rossa) Mikhaïl Kalatozov      1 235 000 000 N°65   3 165 000      92 017    
      1969 Darby O'Gill et les farfadets (Re) (Darby O'Gill and the Little People) Robert Stevenson   4 300 000  10 853 652              
      1970 Traître sur commande (The Molly Maguires) Martin Ritt   1 100 000  2 920 483          106 173    
      1971 Le gang Anderson (The Anderson Tapes) Sidney Lumet   5 000 000  13 468 013  297 000 000 N°50   2 500 000      371 746    
      1971 Les diamants sont éternels (Diamonds Are Forever) Guy Hamilton   19 726 829  53 136 240 1 250 000 000 N°2   8 000 000      2 493 779  309 000 000  844 262
      1972 The Offence Sidney Lumet                   
      1974 Zardoz (Zardoz) John Boorman   1 825 000  3 739 218          675 944    
      1974 Le crime de l'orient express (Murder on the Orient Express) Sidney Lumet   19 124 000  39 182 904  1 071 000 000 N°17   4 400 000      549 055    
      1974 Un homme voit rouge (The Ransom) Richard Compton  1 224 000  2 507 837          80 865    
      1975 Le lion et le vent (The Wind and the Lion) John Milius   4 857 000  8 775 068  N°50   2 200 000      193 159    
      1975 L'homme qui voulait être roi (The Man Who Would Be King) John Huston   6 500 000  11 743 451          214 182    
      1976 La rose et la flèche (Robin and Marian) Richard Lester   4 000 000  7 452 120          161 900    
      1976 Piège pour un homme seul (The Next Man) Richard Sarafian   3 500 000  6 520 605              
      1977 Un pont trop loin (A Bridge Too Far) Richard Attenborough   20 375 406  27 438 298  N°18   2 615 000      1 224 055  1 990 000 000  2 156 013
      1977 Darby O'Gill et les farfadets (Re) (Darby O'Gill and the Little People) Robert Stevenson   1 000 000  1 346 638              
      1979 La grande attaque du train d'or (The First Great Train Robbery) Michael Crichton   5 136 529  5 983 701          184 163    
      1979 Météore (Meteor) Ronald Neame   6 000 000  6 989 586  N° 64         595 815  750 000 000  782 881
      1979 Cuba Richard Lester  5 610 280  2 235 171              
      1981 Outland Peter Hyams   17 374 595  6 249 854  N° 54         564 108    
      1981 Bandits bandits (Time Bandits) Terry Gilliam   42 365 581  15 239 418          536 817    
      1982 Cinq jours ce printemps là (Five Days One Summer) Fred Zinnemann   199 078  67 714  N° 79         87 624    
      1982 Meurtres en direct (Wrong Is Right) Richard Brooks   3 583 513  1 218 882              
      1983 Jamais plus jamais (Never Say Never Again) Irvin Kershner   55 432 841  17 597 727  N° 11   657 000  7 400 000  3 900 000  2 582 168  1 220 000 000  1 116 193
      1984 L'épée du valeureux (Sword of the Valiant) Stephen Weeks                   
      1986 Highlander Russel Mulcahy   5 735 487  1 545 953  3 157 000 000 N° 8   500 081 (4)       4 140 885    
      1986 Le nom de la rose Jean-Jacques Annaud  7 153 487  1 928 164 11 937 000 000 N° 1   1 127 365 (5)   770 904 (6)   410 000  4 956 639    
      1987 Les incorruptibles (The Untouchables)
    Oscar du meilleur second rôle
    Brian De Palma  76 270 454  19 506 510  6 375 000 000 N° 7   948 180 (7)   2 696 598  1 255 000  2 462 536  1 800 000 000  1 607 142
      1988 Presidio base miltaire san francisco (The Presidio) Peter Hyams   20 324 242  4 945 071  N° 42     534 500  230 000  341 113    
      1989 Indiana jones et la dernière croisade (Indiana Jones and the Last Crusade) Steven Spielberg   197 870 271  49 841 378  19 000 000 000 N° 1   2 309 718 (8)   15 923 168  6 825 000  6 242 154  4 400 000 000  3 789 836
      1989 Family Business Sidney Lumet   12 198 695  3 072 719  N° 30     1 605 000  575 000  857 073    
                             

     

    * Il s’agit des recettes perçus par les studios (rentals, qu’on peut comprendre comme étant des recettes nettes)) et non celles récoltées par les salles (grosses, que l’on peut comprendre comme « recettes brutes »)). Ces dernières sont en effet réparties entre l’exploitants (la salle), le producteur, le distributeur (le studio pour la plupart du temps) et bien entendu l’état via les taxes sur le prix du billet, l’impôt étant universel.

    ** En vert, ce sont des estimations faites par le British film Institute.

    (1)- $8 336 000 cumulés sur différentes exploitations.

    (2)- 410 465 entrées à Tokyo.

    (3)- 399 147 entrées dans les salles d’exclusivités de Tokyo.

    (4)- Entrées officielles réalisées dans un échantillon de 12 villes clés. En fonction des recettes, j’estime à 675 000 entrées pour la totalité du pays.

    (5)- Entrées officielles réalisées dans un échantillon de 12 villes clés. En fonction des recettes, j’estime à 2 460 000 entrées pour la totalité du pays.

    (6)- Pour la seule ville de Londres.

    (7)- Entrées officielles réalisées dans un échantillon de 12 villes clés. En fonction des recettes, j’estime à 1 205 000 entrées pour la totalité du pays.

    (8)- Entrées officielles réalisées dans un échantillon de 12 villes clés. En fonction des recettes, j’estime à 2 985 000 entrées pour la totalité du pays.

     

     
     
    2ème PARTIE
     
      ANNEE FILM REALISATEUR  ALLEMAGNE   AUSTRALIE   ESPAGNE**   SUEDE   DANEMARK***  DIVERS
    (Les chiffres en vert sont
     des entrées)
    MONDE
       Entrées   Recettes (AUD)   Entrées   Entrées   Entrées  Recettes ($)*
      1957 Au bord du volcan (Action of the Tiger) Terence Young               1 640 000
      1957 Time Lock Gerald Thomas              
      1958 Je pleure mon amour (Another Time, Another Place) Lewis Allen               
      1959 Darby O'Gill et les farfadets (Darby O'Gill and the Little People) Robert Stevenson               
      1959 La plus grande aventure de Tarzan (Tarzan's Greatest Adventure) John Guillermin               
      1961 Deux des commandos (On the Fiddle) Cyril Frankel               
      1961 L'enquête mystérieuse (The Frightened City) John Lemont               
      1962 James bond 007 contre dr No (Dr. No) Terence Young  7 000 000    4 293 348        6 000 000
      1963 Bons baisers de Russie (From Russia with Love) Terence Young   8 000 000    1 878 543  1 600 000  237 757 1 441 000 Pays Bas (n°3 de l'année)  12 500 000
      1964 Goldfinger Guy Hamilton  10 500 000  805 000  2 563 360  2 300 000  239 420 $12 700 Oslo (N°4 de l'année); 1 304 144 Pays Bas; 151 631 Athènes (N° 3 de l'année)  46 000 000
      1964 Pas de printemps pour Marnie (Marnie) Alfred Hitchcock       655 193        7 330 000
      1964 La femme de paille (Woman of Straw) Basil Dearden   1 000 000    1 207 209        
      1965 Bons baisers de Russie (From Russia with Love) (RE) Terence Young           237 757    
      1965 La colline des hommes perdus (The Hill) Sidney Lumet   N° 30          21 079 Alger  
      1965 Opération tonnerre (Thunderball) Terence Young   12 000 000  829 000    1 800 000  251 223 $90 000 Santiago du chili en exclusivité; 7 794 425 FB Bruxelles exclus en 26 semaines  50 000 000
      1966 L'homme à la tête fêlée (A Fine Madness) Irvin Kershner       995 292        3 776 000
      1967 On ne vit que deux fois (You Only Live Twice) Lewis Gilbert   9 000 000  664 000  2 575 182  1 300 000  245 529 $15 300 Oslo; 169 349 Athènes (N°1 de la saison 67/68); 6 339 000 FB Bruxelles exclusivité (N°7 de l'année); 2 060 714 HKD à Hong Kong  44 038 000
      1967 The Bowler and the Bunnet Sean Connery              
      1968 Shalako (Shalako) Edward Dmytryk       1 155 471        
      1969 La tente rouge (La tenda rossa) Mikhaïl Kalatozov       855 964        
      1969 Darby O'Gill et les farfadets (Darby O'Gill and the Little People) (RE) Robert Stevenson               
      1970 Traître sur commande (The Molly Maguires) Martin Ritt               
      1971 Le gang Anderson (The Anderson Tapes) Sidney Lumet       975 727     147 122 Athènes  
      1971 Les diamants sont éternels (Diamonds Are Forever) Guy Hamilton   5 500 000  914 000  2 227 048  819 000  234 518    45 700 000
      1972 The Offence Sidney Lumet       447 462        
      1974 Zardoz (Zardoz) John Boorman               
      1974 Le crime de l'orient express (Murder on the Orient Express) Sidney Lumet   1 100 000  1 212 000  383 868  360 000   N° 10 Pays Bas  27 634 716
      1974 Un homme voit rouge (The Ransom) Richard Compton      676 117        2 172 000
      1975 Le lion et le vent (The Wind and the Lion) John Milius       758 558        
      1975 L'homme qui voulait être roi (The Man Who Would Be King) John Huston       607 525        11 000 000
      1976 La rose et la flèche (Robin and Marian) Richard Lester       269 260    6 467    8 160 000
      1976 Piège pour un homme seul (The Next Man) Richard Sarafian       384 254    4 014    
      1977 Un pont trop loin (A Bridge Too Far) Richard Attenborough   1 600 000  669 000  1 155 713  239 961  199 929 119 381 Athènes; $384 365 Bruxelles  
      1977 Darby O'Gill et les farfadets (Darby O'Gill and the Little People) (RE) Robert Stevenson               
      1979 La grande attaque du train d'or (The First Great Train Robbery) Michael Crichton       409 843    12 179    
      1979 Météore (Meteor) Ronald Neame   1 250 000  1 261 000  457 328  54 206  113 415    
      1979 Cuba Richard Lester      280 292    12 179    
      1981 Outland Peter Hyams   414 814  627 000  537 718    135 331    
      1981 Bandits bandits (Time Bandits) Terry Gilliam   446 926  1 432 000  620 312  127 712  10 110    
      1982 Cinq jours ce printemps là (Five Days One Summer) Fred Zinnemann       132 134    6 552    
      1982 Meurtres en direct (Wrong Is Right) Richard Brooks   367 089    344 594    101 690    
      1983 Jamais plus jamais (Never Say Never Again) Irvin Kershner   3 583 930  5 136 874  1 437 553  766 494  577 408    68 750 000 (1) 
      1984 L'épée du valeureux (Sword of the Valiant) Stephen Weeks       149 709        
      1986 Highlander Russel Mulcahy   1 031 479  1 256 000  682 576    31 779 211 995 Suisse  
      1986 Le nom de la rose Jean-Jacques Annaud  5 896 891    2 179 400     397 444 Suisse; 148 984 Bruxelles; 135 850 Buenos Aires  77 200 000 (2) 
      1987 Les incorruptibles (The Untouchables)
    Oscar du meilleur second rôle
    Brian De Palma  1 139 955    1 634 133    202 095    106 240 936
      1988 Presidio base miltaire san francisco (The Presidio) Peter Hyams   625 267  1 059 947  94 973    42 331    
      1989 Indiana jones et la dernière croisade (Indiana Jones and the Last Crusade) Steven Spielberg   3 644 906  15 792 329  4 219 632  649 733  543 098    474 310 887 (2) 
      1989 Family Business Sidney Lumet   599 550  1 737 347  737 536    39 401    
                         
       

    * Il s’agit des recettes perçus par les studios (rentals, qu’on peut comprendre comme étant des recettes nettes)) et non celles récoltées par les salles (grosses, que l’on peut comprendre comme « recettes brutes »)). Ces dernières sont en effet réparties entre l’exploitants (la salle), le producteur, le distributeur (le studio pour la plupart du temps) et bien entendu l’état via les taxes sur le prix du billet, l’impôt étant universel.

    ** Les entrées sont comptabilisées à compter de 1965 en Espagne.

    *** Les entrées sont comptabilisées depuis 1976 au Danemark.

    (1)- $160 000 000 de recettes brutes dans le monde.

    (2)- Il s’agit des recettes salles (grosses).


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique