• Bienvenue sur ce nouveau blog consacré au box-office. Comme son nom l’indique, ici vous ne trouverez aucune information sur le box-office actuel ou du cinéma récent. Ce blog est consacré au cinéma d’une époque que les moins de trente ans n’ont pas connu, couvrant des années dix aux années quatre-vingt, et plus particulièrement des années 20 aux années 60.

    Passionné de cinéma depuis toujours, je suis tombé dans le box-office il y a environ trente ans. Trente ans durant lesquels j’ai écumé les librairies et cinémathèques de France, mais aussi d’autres pays. Trente ans durant lesquels j’ai échangé avec des gens passionnants du monde entier, lu des centaines de livres consacrés au cinéma et à ses acteurs, consulté des milliers de numéros de divers périodiques, et compilé inlassablement toutes les données chiffrées que j’ai pu trouver.

    Au bout de toutes ces années, ce sont 80 000 données (recettes ou entrées) pour environ 35 000 films sur une soixantaine de pays différents que j’ai accumulé, et que je me propose de vous faire partager.

                                                            D’OÙ VIENNENT CES DONNÉES ?

    Autant que faire se peut, j’ai toujours privilégié les sources fiables. Aussi, si je me suis servi d’internet, comme tout le monde, c’est principalement afin de d’effectuer des recherches. C’est pourquoi l’essentiel de ces données ne proviennent pas du net. Il me semble donc important de lister mes sources.

                                                                          Les périodiques :

    C’est sans doute l’une des sources les plus importantes lorsque l’on fait des recherches sur cette période. En voici la liste 

    ·        Les français ; le Film Français, la Cinématographie Française, le Film, Unifrance Magazine, la Lettre d’Informations d’Unifrance, Filmafric.

    ·         Le belge ; Ciné Press.

    ·         Les italiens ; Catalogo Bolaffi, le Dictionnaire du cinéma italien des éditions Gremese (deux nouveaux volumes chaque décennie), Araldo Dello Spettacollo.

    ·         Les allemands ; Filmblatër, Filmwoch, Film Echo.

    ·        Les anglais ; Kine Weekly, Screen International, Today’s Cinema, Cinema TV Today.

    ·         L’espagnol; Cine Informe.

    ·         Les argentins ; Gaceta de los Espectaculos, Heraldo del cinématografista.

    ·         Les américains ; Variety, Motion Picture Herald, Motion Picture Daily, Film Daily, New York times.

    ·         L’asiatique ; Far East Film News.

    Les Ledgers :

    Les ledgers sont des cahiers récapitulatifs des recettes studio (appelées rentals par les américains) américaines et mondiales des films. Ces ledgers étaient tenus à titre personnels par certains producteurs. Il en existe plusieurs, mais seulement deux sont disponibles au public (à conditions d’aller aux USA). Celui d’Eddie Mannix, producteur à la MGM, et répertoriant pratiquement tous les films du studio de 1924 à 1962, et celui de William Schaeffer contenant la quasi-totalité des films de la Warner de 1922 à 1967. J’ai pu, avec l’aide de correspondants américains obtenir la totalité de ces données (un remerciement tout particulier à Bruce Cogerson, auteur du site très intéressant ultimatemovierankings.com). Les autres ledgers appartiennent à des collections privées. Toutefois, celui de C.J. Tevlin, comptable à la RKO de 1929 à 1951, a été en partie dévoilée par son propriétaire.

    Si très peu de personnes ont mis leur fiabilité en cause, il convient d’avoir à l’esprit que ces chiffres n’ont pas pour autant valeur de relevé comptable. Par exemple, il y a très peu d’indications concernant les dates d’exploitation correspondantes. On ne sait pas si le film était encore en exploitation. Parfois il est indiqué que les recettes sont arrêtées après deux ans d’exploitation, ce qui est peu quand on sait qu’il fallait plusieurs années à un film pour faire le tour du monde, et parfois même des Etats-Unis. A priori, Eddie Mannix arrêtait les chiffres après 4 ans de carrière. Sauf bien sûr pour les dernières années, puisqu’il est décédé en 1963 alors que les derniers films contenus dans son ledger datent de 1962. 

    A propos de livre de compte, j'ai trouvé il y a quelques années, les archives comptables de la United Artists, de 1919 à 1959. Autrement dit, les vrais chiffres de tous les films sur 40 ans de l'un des plus grands studio américains. Malheureusement, fautes de moyens (ces archives se trouvent aux Etats-Unis), je n'ai pu réunir que les 3 premières années. Toutefois, j'ai comme projet de mettre la main sur le reste. Mais je vous en reparlerai en temps voulu. 

                                                                          Les institutions :

    La plus importante d’entre-elles dans mes recherches est bien évidemment le CNC pour le box-office français. Là aussi une rencontre fut primordiale, je veux parler de Fabrice Ferment qui travaille à la section numérisation des données du CNC et qui eut la grande amabilité de me faire parvenir une masse considérable de données du box-office français.

    Une autre très grande source de données est celle d’Unifrance. J’ai pu avoir accès à leur base de données, mais également à leurs archives, d’une rare importance, qui se trouve aux Archives Nationales.

    Très enrichissante également, la Glavkinoprokat de l’ex-U.R.S.S. même si, pour des raisons évidentes de propagande, cette source peut être sujette à discussion, ce que reconnaissent les russes eux-mêmes.

    Enfin, les équivalents du CNC (ou presque) pour les pays suivants ; Allemagne (FFA), Australie (MPDAA), Autriche (AFI),  Brésil (FAMECOS), Danemark (DFI), Espagne (ICAA), et Suisse (Procinéma).

                                                                               Les livres :               

    Parmi les quelques 250 livres consacrés au cinéma que j’ai lu, essentiellement d’auteurs anglo-saxons, mais aussi italiens, allemands ou même japonais (les auteurs français, hormis l’excellent Patrick Brion et Simon Simsi, ne s’intéressent généralement pas au box-office, préférant se focaliser sur l’art), certains se sont révélés précieux contenant des chiffres rares et totalement inédits. Parmi les nombreux auteurs de ces livres, les suivants sont ceux qui se sont avérés les plus intéressant du point de vue du box-office :

    Scott Eyman, Jeffrey Vance, Tino Balio, Marc Eliot, James Curtis, Jeffrey Richards, Dona Kujacinski, Stuart Galbraith IV, Sue Harper, Sarah Street, Stephen Jacobs, Marcus Hearn, Geoffrey McNab, Allen Eyles, Robert S. Birchard, Sheldon Hall, Steve Neale, Richard Koszarski, Mark Glancy, Aubrey Solomon, Maurizio Baroni, James Curtis, John Howard Reid, Richard B. Jewell, Mark A. Viera, Matthew Bernstein, John McElwee, Sabine Hake et Michael Petzel. 

                                                                              Internet :

    Et pour finir, j’ai bien sûr compulsé certains sites internet, comme IMDB, Mojo, InsideKino ou Hit Italia.

    Bonne lecture.

    Laurent Aumaitre

     

    Yahoo!

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique