• Claudette Colbert

    Techniquement, Claudette Colbert est la première Française à avoir été une star aux USA. Et quelle star ! Classée 12ème des plus grandes stars féminines de tous les temps par l’American Film Institute. Née en France, à Saint-Mandé, en 1903, sa famille émigre aux USA lorsqu’elle a trois ans. Dès les années 20, elle monte sur les planches de Broadway où elle finit par être acclamée par la critique dans la pièce The Barker en 1927.

    Lors de l’avènement du parlant, les studios recherchent des comédiens de théâtre capables de réciter convenablement du texte. La Paramount lui fait alors signer un contrat. Cecil B. DeMille la propulse au rang de vedette en la faisant se baigner nue dans une baignoire en marbre remplie de lait d’âne, tout en bravant tous les interdits du Code Hays, dans Le signe de la croix. DeMille lui offrira un autre rôle culte deux ans plus tard avec Cléopâtre.

    Mais c’est une autre scène culte qui achève de faire de Claudette Colbert une superstar d’Hollywood, celle de l’auto-stop dans New York-Miami en 1934, où elle montre sa jambe pour inciter un automobiliste à s’arrêter. À l’époque elle ne se voyait pas jouer dans une comédie aussi elle exigea un bonus de $50 000 de la Paramount pour accepter (le studio la prêtait en fait à la Columbia qui produisait le film).

    Elle fut l’une des actrices les mieux payées d’Hollywood dans les années 30/40 et restera en haut de l’affiche jusqu’à ce qu’elle se retire du cinéma qu’elle n’avait jamais vraiment aimé. D’ailleurs, dès la fin des années 50 elle délaissait le cinéma pour se tourner, chose rarissime à l’époque, pour la télévision. Puis dans les années 60, elle reprit également le théâtre. Elle obtint le Golden Globe de la meilleure actrice de second rôle d’une série TV en 1988 pour The Two Mrs. Grenvilles.

     Un mot sur le Box-office de New York-Miami. Il est en réalité impossible de savoir avec précision les sommes rapportés par ce film. En effet, devant l’ampleur du succès du film en première exclusivité à New York, la Columbia imposa à toutes les salles qui souhaitait le projeter, le block-booking. Une pratique qui fut courante dans les années 20, mais qui tendait à disparaître et qui consistait à refourguer plusieurs films pour le prix d’un si je puis dire. En un mot, pour que l’exploitant obtienne le droit de distribuer le film dans sa salle il devait s’engager à projeter un certain nombre d’autres films du studio. Résultat le box-office complet de New York-Miami englobe en réalité celui de 23 films en tout. Il semble malgré tout qu’il a été possible de déterminer assez précisément son score américain via la compatibilité du studio. Par contre, en ce qui concerne le chiffre monde il s’agit d’une estimation très large.

     

    Dans tous les cas, Variety annonçait en 2000 que le film avait totalisé $24 200 000, ce qui en fait la 6e plus grosse recette d’un film de cette décennie.

     

     

  •  


    ANNEE FILM REALISATEUR USA (1) USA (entrées estimées) (2) FRANCE (3)  PARIS (4)  DIVERS MONDE (1)      
    1927 LEUR GOSSE (FOR THE LOVE OF MIKE) Frank Capra  $324 000  4 800 000              
    1929 THE HOLE IN THE WALL Robert Florey $120 000  1 523 810              
    1929 THE LADY LIES Hobart Henley $265 000  3 365 079              
    1930 LA GRANDE MARE (THE BIG POND) Hobart Henley  $750 000  8 573 388   $22 700*          
    1930 LE RÉQUISITOIRE (MANSLAUGHTER) Cecil B. DeMille  $575 000  6 572 931              
    1930 MYSTERIOUS MR. PARKES Louis J. Gasnier                  
    1930 YOUNG MAN OF MANHATTAN Monta Bell $450 000  5 144 033              
    1931 SECRETS OF A SECRETARY George Abbott $450 000  5 555 556              
    1931 HIS WOMAN (HIS WOMAN) Edward Sloman  $445 000  5 493 827              
    1931 LE LIEUTENANT SOURIANT (THE SMILING LIEUTENANT) Ernst Lubitsch  $670 000  8 271 605              
    1931 HONOR AMONG LOVERS Dorothy Arzner $530 000  6 543 210              
    1932 MISLEADING LADY Stuart Walker $500 000  5 751 093              
    1932 LE PRÉSIDENT FANTÔME (THE PHANTOM PRESIDENT) Norman Taurog  $685 000  7 878 997              
    1932 LE REVENANT (THE MAN FROM YESTERDAY) Berthold Viertel $450 000  5 175 983              
    1932 LE SIGNE DE LA CROIX (THE SIGN OF THE CROSS) Cecil B. DeMille  $819 000**  9 420 290  41 821  145 783   $2 738 993      
    1932 THE WISER SEX Berthold Viertel $380 000  4 370 830              
    1933 CHANTEUSE DE CABARET (TORCH SINGER) Alexander Hall $475 000  5 983 875              
    1933 LA LUNE À TROIS COINS (THREE-CORNERED MOON) Elliott Nugent                   
    1933 LE LONG DES QUAIS (I COVER THE WATERFRONT) James Cruze  $400 000  5 039 053              
    1933 PRINCESSE NADIA (TONIGHT IS OURS) Stuart Walker $465 000  5 857 899              
    1934 CLÉOPATRE (CLEOPATRA)
    Nommée à l'Oscar de la meilleure actrice
    Cecil B. DeMille  $1 000 000  13 802 622       $1 929 161***      
    1934 IMAGE DE LA VIE (IMITATION OF LIFE) John M. Stahl  $672 000  9 275 362       $1 037 000      
    1934 NEW YORK-MIAMI (IT HAPPENED ONE NIGHT)
    Oscar de la meilleure actrice
    Frank Capra  $1 821 000  25 134 576  111 308     $2 500 000      
    1934 FOUR FRIGHTENED PEOPLE Cecil B. DeMille  $177 000  2 443 064       $494 426      
    1935 ALLER ET RETOUR (THE GILDED LILY) Wesley Ruggles  $838 000  11 084 656              
    1935 JE VEUX ME MARIER (THE BRIDE COMES HOME) Wesley Ruggles $975 000  12 896 825              
    1935 MON MARI LE PATRON (SHE MARRIED HER BOSS) Gregory Lacava  $821 000  10 859 788    49 632   $1 200 000      
    1935 MONDES PRIVÉS (PRIVATE WORLDS)
    Nommée à l'oscar de la meilleure actrice
    Gregory La Cava $532 000  7 037 037       $819 118****      
    1936 SOUS DEUX DRAPEAUX (UNDER TWO FLAGS) Frank Lloyd  $1 057 000  15 659 259              
    1937 A PARIS TOUS LES TROIS (I MET HIM IN PARIS) Wesley Ruggles  $876 000  16 222 222       $1 002 000      
    1937 CETTE NUIT EST NOTRE NUIT (TOVARICH) Anatole Litvak $1 014 000  18 777 778              
    1937 LE DÉMON SUR LA VILLE (MAID OF SALEM) Frank Lloyd $725 000  13 425 926              
    1938 LA HUITIÈME FEMME DE BARBE-BLEUE (BLUEBEARD'S EIGHTH WIFE) Ernst Lubitsch  $335 000  6 203 704  158 088            
    1939 LA BARONNE DE MINUIT (MIDNIGHT) Mitchell Leisen  $194 000  3 748 792    279 656          
    1939 LE MONDE EST MERVEILLEUX (IT'S A WONDERFUL WORLD) Woody S. Van Dyke $704 000  13 603 865    113 054   $1 054 000      
    1939 SUR LA PISTE DES MOHAWKS (DRUMS ALONG THE MOHAWK) John Ford  $1 558 000  30 106 280  33 197  407 913          
    1939 ZAZA George Cukor  $439 000  8 483 092              
    1940 EVEILLE TOI MON AMOUR (ARISE, MY LOVE) Mitchell Leisen $1 200 000  15 873 016              
    1940 LA FIÈVRE DU PÉTROLE (BOOM TOWN) Jack Conway  $3 664 000*****  48 465 608  1 433 397            
    1941 ADIEU JEUNESSE (REMEMBER THE DAY) Henry King  $1 100 000  15 770 609    24 096          
    1941 LA FOLLE ALOUETTE (SKYLARK) Mark Sandrich $524 000  7 512 545  81 808  71 948   $1 100 000      
    1942 MADAME ET SES FLIRTS (THE PALM BEACH STORY)
    Nommée à l'Oscar de la meilleure actrice
    Preston Sturges  $1 700 000  19 988 242  49 895            
    1943 LA DANGEREUSE AVENTURE (NO TIME FOR LOVE) Mitchell Leisen  $1 000 000  10 946 907  844 513  232 465   $1 800 000      
    1943 LES ANGES DE MISÉRICODRE (SO PROUDLY WE HAIL!) Mark Sandrich $3 000 000  32 840 722  1 627            
    1944 DEPUIS TON DÉPART (SINCE YOU WENT AWAY)
    Nommée à l'oscar de la meilleure actrice
    John Cromwell  $4 924 756  55 160 797  2 463 564   N°6 australie en 1945        
    1944 LE SIGNE DE LA CROIX (RE) (THE SIGN OF THE CROSS) Cecil B. DeMille  $1 000 000  11 200 717              
    1944 UNE FEMME SUR LES BRAS (PRACTICALLY YOURS) Mitchell Leisen $1 457 000  16 319 444              
    1945 DÉSIR DE FEMME (GUEST WIFE) Sam Wood  $1 000 000  9 070 295  321 668            
    1946 COEUR SECRET (THE SECRET HEART) Robert Z. Leonard  $2 591 000  21 934 392  629 200     $3 900 000      
    1946 DEMAIN VIENDRA TOUJOURS (TOMORROW IS FOREVER) Irving Pichel  $3 040 000  25 735 450  1 548 029            
    1946 LA FIÈVRE DU PÉTROLE (RE) (BOOM TOWN) Jack Conway  $783 000  6 628 571       $1 134 000      
    1946 SANS RÉSERVE (WITHOUT RESERVATIONS) Mervyn Leroy  $2 750 000  23 280 423              
    1947 L'ŒUF ET MOI (THE EGG AND I) Chester Erskine  $5 500 000  46 560 847  1 106 616            
    1947 SUR LA PISTE DES MOHAWKS (RE) (DRUMS ALONG THE MOHAWK)   $424 000  3 589 418              
    1948 L'HOMME AUX LUNETTES D'ÉCAILLE (SLEEP, MY LOVE) Douglas Sirk $918 000  7 285 714  432 796     $1 800 000      
    1949 FIANCÉE À VENDRE (BRIDE FOR SALE) William D. Russell $1 410 000  9 460 548  28 389            
    1949 MA FEMME ET SES ENFANTS (FAMILY HONEYMOON) Claude Binyon $2 200 000  14 761 138  352 848            
    1950 CAPTIVES À BORNÉO (THREE CAME HOME) Jean Negulesco  $1 900 000  18 954 982  1 646 254            
    1950 FUREUR SECRÈTE (THE SECRET FURY) Mel Ferrer  $850 000  8 479 860  381 288            
    1951 CHÉRI DIVORÇONS (LET'S MAKE IT LEGAL) Richard Sale  $1 250 000  7 487 272              
    1951 TONNERRE SUR LA COLLINE (THUNDER ON THE HILL) Douglas Sirk  $721 000  4 318 658              
    1952 LA FEMME DU PLANTEUR (THE PLANTER'S WIFE) Ken Annakin                  
    1954 DESTINÉES Christian-Jaque, Jean Delannoy      1 181 231            
    1954 SI VERSAILLES M'ÉTAIT CONTÉ Sacha Guitry       6 986 788            
    1955 LE RENDEZ-VOUS DE QUATRE HEURES (TEXAS LADY) Tim Whelan  $375 000  2 506 266  347 830            
    1956 LA FIÈVRE DU PÉTROLE (RE) (BOOM TOWN) Jack Conway  $120 000  860 215              
    1961 LA SOIF DE LA JEUNESSE (PARRISH) Delmer Daves  $4 200 000  28 180 354  268 924   N° 19 Italie (environ 4 600 000 entrées)        
                           

    (1)  Les recettes sont des rentals, c'est-à-dire les recettes perçues par les studios. Celle-ci représentent qu'une partie des recettes globales perçues par les salles. Cette part qui revenait aux studios est variable d'un film à l'autre, d'une année sur l'autre. Par exemple, en moyenne ces rentals représentaient 35% des recettes globales (après déduction des taxes) au début des années 30, alors qu'ils représentent aujourd'hui, en moyenne 50%. Ils comprennent également les pré-réservations.

    (2) Les estimations ont été faites à partir du pourcentage moyen des rentals de chaque année et du prix moyens des places correspondant, et en prenant une moyenne de 10% du prix des billets par l'Amusment Tax. Malgré cela, cette estimation n'a pas valeur de fiabilité, ne serait-ce que parce que les rentals englobent également les pré-réservations, et ont pour unique but de donner une idée du succès (ou non) des films. En particulier pour des recettes d'époques éloignées qui ne signifie pas grand-chose pour nous, qui sommes, de plus, habitués à parler en entrées.

    (3) Entrées cumulées depuis 1945.

    (4) Entrées réalisées lors de différentes reprises entre 1944 et 1950.

    * Pour les seules journées du vendredi et du dimanche de sa sortie

    ** En seulement un an

    *** $2 287 000 cumulés

    **** Il s'agit là de la part revenant à Walter Wanger, prducteur indépendant du film. En général, les recettes des films produits par des producteurs indépendant étaient réparties à 65% pour le studio, le reste revenant au producteur.

    ***** $4 586 515 cumulés

    Entrées France et Paris, source CNC-Fabrice Ferment

     

    Box-office Claudette Colbert

     

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique