• Olivia De Havilland

     

    En plus d’avoir été l’une des plus grandes stars de son temps, Olivia De Havilland est également l’une des rares actrices à avoir obtenu deux Oscars. Bien qu’elle reste célèbre pour son duo avec Errol Flynn qui la starifia (huit films en seulement six ans pour 10 millions de dollars de bénéfices !) et son rôle de Mélanie Wilkes dans Autant en emporte le vent, elle eut une importance majeure dans la vie des studios américains pour une tout autre raison.

    Elle commence au théâtre en 1933 et deux ans plus tard elle signe un contrat avec La Warner Bros. Elle devient immédiatement une star, mais elle se retrouve également cantonnée aux mêmes types de rôles. Ses relations avec Jack Warner ne sont pas très bonnes et celui-ci refuse qu’elle change de registre, au point qu’elle commence à refuser de jouer dans les films qu’on lui propose. Ce qui a pour effet de suspendre son contrat et donc de le prolonger.

    En effet, à l’époque la loi permet au studio de suspendre le contrat d’un acteur en cas de refus d’un rôle. Cette suspension qui prolongeait d’autant le contrat qui devenait de fait plus contraignant qu’autre chose, était un moyen de pression sur les stars. Les studios avaient ainsi tout pouvoir sur eux, car ils pouvaient faire ou défaire une carrière selon leur bon vouloir. Une façon aisée de s’assurer un caractère plus docile et de limiter les exigences salariales.

    Trouvant cette situation insupportable, Olivia, à l’instar de son amie Bette Davis quelques années plus tôt, décide de porter l’affaire devant les tribunaux fin 1943. À la différence notable qu’elle remporta le procès, confirmé par la Cour suprême de Californie en 1945, créant ainsi une jurisprudence qui renversera le rapport de force entre les studios et les acteurs et changeant ainsi radicalement le monde d’Hollywood.

    Un mot sur Autant en emporte le vent. Si le film est un monument du cinéma, son box-office ne l’est pas moins et mérite à lui seul un article. Cet article, de très bonne facture, existe sur Boxofficestory.com et je ne peux que vous encourager à vous y rendre où vous trouverez un grand nombre de données supplémentaires. Toutefois, depuis l’époque où cet article fut rédigé j’ai trouvé quelques informations complémentaires que vous trouverez ci-dessous.

     

     

     

     

  •  


    ANNEE FILM REALISATEUR USA (1) USA (entrées estimées) (2) FRANCE (3) PARIS (4) UK (5) Espagne (6) DIVERS MONDE (1)                                                            
    1935 LE TIRE-AU-FLANC (ALIBI IKE) Ray Enright $439 000  5 806 878           $598 000                                                            
    1935 TÊTE CHAUDE (THE IRISH IN US) Lloyd Bacon $894 000  11 825 397      2 017 291     $1 337 000                                                            
    1935 SONGE D'UNE NUIT D'ÉTÉ (A MIDSUMMER NIGHT'S DREAM) William Dieterle $731 000  9 669 312           $1 229 000                                                            
    1935 CAPITAINE BLOOD (CAPTAIN BLOOD) Michael Curtiz $1 087 000  14 378 307    362 073  3 055 685  453 301  21,3 millions d'entrées en URSS  $2 475 000                                                            
    1936 ANTHONY ADVERSE Mervyn LeRoy $1 783 000  26 414 815    137 167  3 200 499     $2 750 000                                                            
    1936 LA CHARGE DE LA BRIGADE LÉGÈRE (THE CHARGE OF THE LIGHT BRIGADE) Michael Curtiz $1 176 000  17 422 222    243 972  4 925 917  199 660   $2 736 000                                                            
    1937 UNE JOURNÉE DE PRINTEMPS (CALL IT A DAY) Archie Mayo $335 000  6 203 704           $625 000                                                            
    1937 L'AVENTURE DE MINUIT (IT'S LOVE I'M AFTER) Archie Mayo $578 000  10 703 704    19 830       $946 000                                                            
    1937 UNE GALANTE AVENTURE (THE GREAT GARRICK) James Whale $220 000  4 074 074           $374 000                                                            
    1938 LA BATAILLE DE L'OR (GOLD IS WHERE YOU FIND IT) Michael Curtiz $874 000  16 185 185    290 582       $1 447 000                                                            
    1938 LES AVENTURES DE ROBIN DES BOIS (THE ADVENTURES OF ROBIN HOOD) Michael Curtiz $1 928 000  35 703 704  6 582 600  241 038*     1 410 532  22,9 millions d'entrées en URSS  $3 981 000                                                            
    1938 QUATRE AU PARADIS (FOUR'S A CROWD) Michael Curtiz $605 000  11 203 704    62 707       $945 000                                                            
    1938 UNE ENFANT TERRIBLE (HARD TO GET) Ray Enright $447 000  8 277 778    12 180       $627 000                                                            
    1939 LES AILES DE LA FLOTTE (WINGS OF THE NAVY) Lloyd Bacon $675 000  13 043 478    56 961                                                                    
    1939 LES CONQUÉRANTS (DODGE CITY) Michael Curtiz $1 688 000  32 618 357        1 355 933   $2 532 000                                                            
    1939 LA VIE PRIVÉE D'ELIZABETH D'ANGLETERRE (THE PRIVATE LIVES OF ELIZABETH AND ESSEX) Michael Curtiz $955 000  18 454 106           $1 613 000                                                            
    1939 RAFFLES GENTLEMAN CAMBRIOLEUR (RAFFLES) Sam Wood $175 000  3 381 643           $475 000                                                            
    1939 AUTANT EN EMPORTE LE VENT (GONE WITH THE WIND)
    Nommée à l'Oscar de la meilleure actrice de second rôle
    Victor Fleming $22 102 463**  59 979 000***   16 724 225   35 000 000****   1 059 032   $400 176 459 *****                                                            
    1940 MY LOVE CAME BACK Curtis Bernhardt $679 000  8 981 481           $896 000                                                            
    1940 LA PISTE DE SANTA FÉ (SANTA FE TRAIL) Michael Curtiz $1 748 000  23 121 693  1 948 401         $2 533 000                                                            
    1941 UN DIMANCHE APRÈS-MIDI (THE STRAWBERRY BLONDE) Raoul Walsh $1 390 000  19 928 315           $1 867 000                                                            
    1941 PAR LA PORTE D'OR (HOLD BACK THE DAWN)
    Nommée à l'Oscar de la meilleure actrice
    Mitchell Leisen $900 000  12 903 226           $1 200 000                                                            
    1941 LA CHARGE FANTASTIQUE (THEY DIED WITH THEIR BOOTS ON) Raoul Walsh $1 871 000  26 824 373  2 147 663      350 347   $4 014 000                                                            
    1942 SI ADAM AVAIT SU (THE MALE ANIMAL) Elliott Nugent $1 069 000  12 569 077           $1 233 000                                                            
    1942 LE DROIT AU BONHEUR (IN THIS OUR LIFE) John Huston $1 651 000  19 412 111  11 081         $2 794 000                                                            
    1943 LA PETITE EXILÉE (PRINCESS O'ROURKE) Norman Krasna $2 257 000  24 707 170           $3 099 000                                                            
    1943 L’ EXUBÉRANTE SMOKY (GOVERNMENT GIRL) Dudley Nichols $1 735 000  18 992 885                                                                        
    1946 A CHACUN SON DESTIN (TO EACH HIS OWN)
    Oscar de la meilleure actrice
    Mitchell Leisen $3 600 000  30 476 190  1 632 864                                                                      
    1946 LA VIE PASSIONNÉE DES SŒURS BRONTË (DEVOTION) Curtis Bernhardt $1 712 000  14 493 122  683 848         $2 969 000                                                            
    1946 CHAMPAGNE POUR DEUX (THE WELL GROOMED BRIDE) Sidney Lanfield                                                                            
    1946 DOUBLE ÉNIGME (THE DARK MIRROR) Robert Siodmak $2 750 000  23 280 423  426 893                                                                      
    1948 LA FOSSE AUX SERPENTS (THE SNAKE PIT)
    Nommée à l'Oscar de la meilleure actrice
    Anatole Litvak $4 100 000  32 539 683  1 291 559                                                                      
    1949 L'HÉRITIÈRE (THE HEIRESS)
    Oscar de la meilleure actrice
    William Wyler $2 300 000  15 432 099  1 150 991         $3 700 000                                                            
    1952 MA COUSINE RACHEL (MY COUSIN RACHEL) Henry Koster $1 300 000  7 101 497  768 973                                                                      
    1955 LA PRINCESSE D'EBOLI (THAT LADY) Terence Young $300 000  2 005 013  491 058                                                                      
    1955 POUR QUE VIVENT LES HOMMES (NOT AS A STRANGER) Stanley Kramer $6 176 151  41 277 534  1 276 390        N°71 de la saison 55/56 en Italie (environ 2 650 000 entrées)  $8 000 000                                                            
    1956 LA FILLE DE L'AMBASSADEUR (THE AMBASSADOR'S DAUGHTER) Norman Krasna $1 500 000  10 752 688  781 052                                                                      
    1958 LE FIER REBEL (THE PROUD REBEL) Michael Curtiz $1 500 000  12 223 445  1 173 483        N° 99 de la saison 58/59 en Italie (environ 1 950 000 entrées)                                                               
    1959 LA NUIT EST MON ENNEMIE (LIBEL) Anthony Asquith $245 000  2 135 076  174 268         $750 000                                                            
    1962 LUMIÈRE SUR LA PIAZZA (LIGHT IN THE PIAZZA) Guy Green $1 200 000  8 658 009        107 010   $2 435 000                                                            
    1964 UNE FEMME DANS UNE CAGE (LADY IN A CAGE) Walter Grauman $1 650 000  7 885 305  43 093                                                                      
    1964 CHUT CHUT CHÈRE CHARLOTTE (HUSH...HUSH, SWEET CHARLOTTE) Robert Aldrich $3 800 000  18 160 096  81 203        N°93 de la saison 64/65 en Italie (environ 1 650 000 entrées)  $4 950 000                                                            
    1970 LES DERNIERS AVENTURIERS (THE ADVENTURERS) Lewis Gilbert $7 750 000  20 576 132  365 044      1 300 179                                                                
    1972 JEANNE PAPESSE DU DIABLE (POPE JOAN) Michael Anderson $700 000  1 694 505  2 319      147 131                                                                
    1977 LES NAUFRAGÉS DU 747 (AIRPORT '77) Jerry Jameson $15 087 474  20 317 368  749 131      2 780 614  674 millions yens au Japon
    N°6 de la saison 777/78 en Italie (environ 4 millions d'entrées) 
                                                                 
    1978 L'INÉVITABLE CATASTROPHE (THE SWARM) Irwin Allen $7 700 000  8 124 934  361 015      1 033 665  625 000 enttrées en Allemagne et 33 435 au Danemark  $10 000 000                                                            
    1979 LE CINQUIÈME MOUSQUETAIRE (THE FIFTH MUSKETEER) Ken Annakin $1 000 000  1 164 931        123 589  16 760 entrées au Danemark                                                               
                                                                                     

    (1)  Les recettes sont des rentals, c'est-à-dire les recettes perçues par les studios. Celle-ci représentent qu'une partie des recettes globales perçues par les salles. Cette part qui revenait aux studios est variable d'un film à l'autre, d'une année sur l'autre. Par exemple, en moyenne ces rentals représentaient 35% des recettes globales (après déduction des taxes) au début des années 30, alors qu'ils représentent aujourd'hui, en moyenne 50%. Ils comprennent également les pré-réservations.

    (2) Les estimations ont été faites à partir du pourcentage moyen des rentals de chaque année et du prix moyens des places correspondant, et en prenant une moyenne de 10% du prix des billets par l'Amusment Tax. Malgré cela, cette estimation n'a pas valeur de fiabilité, ne serait-ce que parce que les rentals englobent également les pré-réservations, et ont pour unique but de donner une idée du succès (ou non) des films. En particulier pour des recettes d'époques éloignées qui ne signifie pas grand-chose pour nous, qui sommes, de plus, habitués à parler en entrées. 

     (3) Entrées cumulées depuis 1944.

     (4) Entrées réalisées lors de différentes reprises entre 1944 et 1950.

    (5) En bleu entrées estimées en fonction des recettes lorsqu’elles sont disponibles ou sur la base de la remarquable étude de John Sedgwick, qui répertorie les 100 films annuels les plus populaires en Grande Bretagne entre 1932 et 1937.

    (6) Entrées totalisées depuis 1965.

    * Entrées réalisées lors de sa première exclusivité au Rex de Paris en 1938.

    ** Rental totalisé fin 1941.

    ***Entrées totalisées fin 1943, selon l'International Motion Picture de 1945.

    **** Entrées cumulées estimées par le British Film Institute.

    ***** Recettes salles cumulées en 2000.

    Entrées France et Paris, source CNC-Fabrice Ferment.

     

    AUTANT EN EMPORTE LE VENT 

     

     

    En Argentine, il sortit en 1948 au Radar de Buenos Aires, salle moyenne de 600 places, où il reste 33 semaines et rapporte $74 0000 ! Repris en 1967 à l'Alfil de Buenos Aires, 126 736 spectateurs iront le voir en 28 semaines.

    Aux USA il rapporta $945 000 la semaine de sa sortie, un véritable record à l’époque.

    Il a rapporté à la MGM (qui reversait 30% de ses recettes à Selznick Intenational, producteur du film) $7 075 000 pour la seule année 1939. En juillet 1940, le studio avait déjà perçu 12 402 463, et $ $13 500 000 seulement 12 mois après sa sortie, et encore $9 7000 000 durant l’année 1941. A cela s’ajoute :

    $1 500 000 pour la seule année 1942.

    $3 640 000 en 1947.

    $ 5 270 000 en 1954.

    $5 800 000 en 1961.

    $6 200 000 en 1967

    $23 000 000 en 1968

    $2 820 000 en 71.

    $7 280 000 en 1974.

    En 1956, la MGM avait gagné, une fois la part reversée à David O’Selznick, $30 0150 000 nets !

    Fin 1998 il avait rapporté dans les salles américaines $198 655 278.

    A l’international les chiffres donnent également le tournis. A la fin de sa première exploitation la MGM avait engrangé 32 millions de dollars dans le monde. 9 millions supplémentaires lors de la reprise de 1947/1948, alors que le film n’était encore pas sorti dans de nombreux pays, comme la France ou le Japon. En 1956, c’est $48 979 000 que le studio avait enregistré dans son tiroir-caisse. Selon le New-York times du 21 février 1964, le studio au lion rugissant avait encaisser 67 millions de dollars dans le monde depuis la sortie du film. Le 7 janvier 1969, Variety annonçait le chiffre colossal de $71 105 000 !

    Au total, on estime à 504 000 000 le nombre de spectateurs qui ont vu le film en salle dans le monde depuis sa sortie, ce qui en fait sans aucun doute le plus gros succès de l’histoire du cinéma.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique